Archives mensuelles: février 2011

Non classé

Hommage à Pierrette Barbu

Hommage à Pierrette Barbu

VALENCE AU FEMININ : Promenade d'orientation pour l'égalité.

 Lors de la journée de la Femme, le 8 mars 2009, les guides de Valence « Ville d'art et d'Histoire », ont présenté :

             Marguerite BEAU (1911-1997), conservatrice du Musée et de la Bibliothèque de Valence de 1950 à 1976.

             Jeanne DE FLANDREYSY (1874-1959), femme de lettres.

             Fethiye CETIN (nés en 1950), écrivaine et avocate militante des Droits de l'Homme.

             Les sœurs Trinitaires, depuis 1685 à Valence, infirmières et enseignantes.

             Agnès DUBOST (1749-1820), mère supérieure de 1792 à 1820

             Pierrette Barbu (1910-2008), Cofondatrice de l'entreprise valentinoise Boimondau.

 Le but est de découvrir ou redécouvrir des femmes qui par leurs actions et leur vie ont marqué, à un moment, l'histoire de la ville de Valence.

 Sur la vidéo, la présentation de Pierrette Barbu (née Vaillant). 

Non classé

Francis Bayle : Vers la disparition du salariat

Francis Bayle : Vers la disparition du salariat

Après la guerre, tous les rêves sont permis, nombreuses sont les réflexions dans l’église catholique, elles s’appuient sur les expériences ouvrières : Godin, la compagnie des vernis « Valentine » et la Société « Monsavon » les Forges et Aciéries de Bonpertuis et aussi la Communauté Boimondau.

Dans ce fascicule, d’autres exemples sont cités, même hors de France 

L’exemplaire, dont est issue cette note, est adressé à Marcel Barbu par Francis Bayle.

—–

Francis Bayle – Vers la disparition du salariat – Editions FNAC – 1946 – 45 pages

Les textes de cette brochure ont été publiés dans la revue « La France Catholique », hebdomadaire de la Fédération Nationale d’Action Catholique (12, Rue Edmond Valentin, Paris 7e)

  •  Voir un extrait du passage sur Boimondau en fichier attaché. 
  •  

Fichier attaché Taille
1946_Francis_Bayle_Vers_la_disparition_du_salariat_Extrait.PDF 185.96 Ko
Non classé

Stage de Jean Gourot à Boimondau

Stage de Jean Gourot à Boimondau

Jean Gourot a effectué un stage comme manœuvre à la Communauté Boimondau en 1950.

La communauté de travail Boimondau accueille chaque mois de nombreux visiteurs de France et de l’étranger. Pour éviter la désorganisation du travail, la communauté organise des visites groupées une fois par mois.

C’est de même pour l’accueil de stagiaires, les demandes sont nombreuses. Les demandes d’étudiants sont limitées à quelques semaines, les stages peuvent être de plusieurs mois pour les candidats à la création d’une nouvelle communauté. Nombreuses communautés créées l’ont été par des personnes ayant effectué un passage à Boimondau.

En 1950, Marcel Mermoz est le chef de la communauté Boimondau et les compagnons préparent le dixième anniversaire. Et c’est au milieu des compagnons dans l’atelier, en participant aux divers réunions : réunions de contact chaque semaine ou en réunion de quartier, que Jean Gourot peut saisir et comprendre la vie communautaire.

Ses notes de stage sur la communauté Boimondau ont été publiées dans la revue Esprit d’avril 1951.

***** 

La revue Esprit a été créée en 1932 d’un choix collectif. L’équipe d’Esprit, composée alors de quelques personnes, dont les plus notables sont Emmanuel Mounier,  Georges Izard, André Deléage et Louis-Emile Galey, rassemble en fait un petit groupe de jeunes gens qui cherchent à s’émanciper. A lire « Esprit, une revue dans l’histoire »

Jusqu’à l’Assemblée Générale Extraordinaire du 21 mai 1951, les statuts sont ceux d’une Coopérative de Production des Edition Esprit.

*****

  • Voir le fichier attaché 
Fichier attaché Taille
1951_04_-_Revue_Esprit_-_Notes_de_stage_-_Jean_Gourot.pdf 65.57 Ko
Non classé

La Communauté le Bélier à Besançon

La Communauté le Bélier à Besançon

La Communauté de travail Le Bélier à Besançon est la deuxième Communauté issue d'une entreprise de Marcel Barbu qui fabrique des boîtes de montre.

Communauté de Travail "du Bélier" était située à Besançon.

L'entreprise a été créée entre 1936 – 1939, par Marcel Barbu, elle deviendra Communauté de Travail en 1947 avec Maurice Lemercier comme premier chef de Communauté.

En 1950, elle est composée de 90 familles

En 1957, c'est la fin de la Communauté du Bélier.

 Documents joints :

  • La règle Communautaire est approuvée le 1er janvier 1947
  • La signature de l’acte de constatation de la Communauté
  • Le bulletin de la Communauté s’appelle « Le Paillon » 
Fichier attaché Taille
1947_Regle_de_la_communaute_du_Belier_a_Besancon.pdf 158.55 Ko
Non classé

Au maquis du Vercors

Au maquis du Vercors

Dans cet article seront rassemblés les documents de la période de résistance.

De l’achat de la ferme de Mourras au Père Didier en février 1943, à la libération de Valence le 31 août 1944

Suite à l’emprisonnement de Marcel Barbu en octobre 1942 à Fort Barreaux puis au camp de Saint Sulpice la Pointe (Tarn), il est décidé d’acheter une ferme. Les premiers compagnons arriveront en février 1943 pour organiser l’accueil et l’organisation de la ferme. C’est la fonction Communautaire.

Le Vercors, commune de Combovin, où est située la ferme, est en cours et deviendra l’un des principaux hauts lieux de la Résistance à l’occupant. Etant bien installé (ce n’est pas la cas de tous les groupe de maquisards), et ayant « pignon sur le plateau » qui domine la vallée, c’est naturellement que la Communauté Barbu entre dans le réseau des Résistances

 La première fonction de la ferme est de nourrir les membres de la Communauté. Ce sera la responsabilité donnée à Marcel Mermoz (fils d’agriculteur dans les montagnes de Savoie), arrivée à la ferme le 1eravril 1943.

 La deuxième, est l’une des plus importantes, et la rédaction de la Règle Communautaire. 1943 est l’année décidée par las Compagnons pour installer durablement l’esprit de la première Communauté de Travail qui doit voir le jour au 1erjanvier 1944.

 La troisième fonction demandée par la Résistance est la surveillance du plateau de Marquet (au-dessus de Combovin), ainsi que de cacher des armes.

 Parmi les documents joints à cet article :

  • Un rappel de la Relève et du STO
  • Le courrier au Maréchal Pétain le 2 mars 1943. Quel courage !
  • Le Rôle du Maquis de Mourras, donc la Communauté Barbu, vu par les autres maquisard

D’autres articles en cours de recherches et de rédaction :

  • Lien avec les Compagnons de France
  • L’emprisonnement administratif de Marcel Barbu
  • Liens avec l’Ecole des Cadres d’Uriage 
Fichier attaché Taille
La_Communaute_de_Travail_au_maquis_du_Vercors_V2.pdf 3.55 Mo
1943_03_02_Lettre_a_Petain.pdf 14.02 Ko
bmd_releve_et_STO.pdf 6.43 Ko
Non classé

Vingt mois à Mourras vu par Marcel Mermoz

Vingt mois à Mourras vu par Marcel Mermoz

Marcel Mermoz a beaucoup écrit.

Dans ce manuscrit il veut laisser son empreinte dans la création de la première Communauté de Travail. 

Ce récit est d’un grand intérêt, il fixe dans le temps et le lieu des événements qui permettent de comprendre la vie, même partielle, à Combovin et sur le plateau de Mourras. Il fait appel à de nombreux compagnons, pour montrer tout le travail réalisé dans tous les domaines, dont la plupart ont tenu un rôle important dans la construction communautaire. Il faut le rapprocher d’autres témoignages de compagnons et des événements du maquis.

Ce texte n’est pas un récit d’une personne extérieure, ou un compte rendu, mais uniquement ce qui tourne autour de Marcel Mermoz, vu du plateau, souvent imagé. Les événements sont mélangés et pas toujours à la bonne place.

Peu de réaction de ce qui se passe ailleurs dans la Communauté et dont les compagnons participent.

Il est étonnant que les arrestations de 1944 de Simone et Jean Donguy, Charles Hermann (fusillé le 13 juin 1944), puis de Marcel Barbu, Denise et Louis Bouvet et Pierre Goudard, n’aient provoqué que peu d’intérêt dans ce texte. 

Cette présentation est importante, elle donne des pistes qu’il faut approfondir, des liens qu’il faut se saisir pour aller plus loin.

 Voir la transcription intégrale Jointe  

Fichier attaché Taille
Transcription_de_la_Note_manuscrite_de_Marcel_Mermoz.pdf 760.76 Ko
Non classé

Exposition virtuelle – Boimondau – Médiathèque de Valence

Exposition virtuelle - Boimondau - Médiathèque de Valence

La Communauté de travail Boimondau est née de la volonté d’un homme, Marcel Barbu. Apprenti puis petit artisan, il ne situera pas son engagement contre les patrons dans le cadre de la lutte des classes. L’idée d’une communauté. . . .

 

Poursuivre la visite de l’exposition 

Non classé

Encore une fois, Marcel Barbu mis au goût du jour

Encore une fois, Marcel Barbu mis au goût du jour

11 juillet 2008

Il me semble que cet ouvrage retrace avec une grande clarté ces années si riches de la vie de mon père. J'ai eu la chance d,assister à de très nombreuses conversations entre marcel MERMOZ et mon père au sujet des communautés de travail et le livre de monsieur CHAUDY retrace avec une grande clarté ce que fut leur relation complexe 

Le 7 avril 2010

Par une brève présentation des actions de Marcel Barbu, l’auteur de l’article – Dianne (un pseudonyme) fait le lien entre ses réalisations et les défis  d’aujourd’hui : travail, démocratie, logement.

 Les nombreux lecteurs sont étonnés de leur découverte, il en faut encore plus.

 Et je reprend cette phrase de Dianne : Qu'on en trouve une dizaine comme lui et le monde aurait peut-être une moins sale gueule.

14 août 2010

Un nouvel article qui rappelle l’expérience de la Communauté de Travail Boimondau à Valence par la journaliste Chantal SEIGNORET 

  • Voir les deux articles dans les fichiers joints

Samedi 25 février 2012

Soirée sur les Communautés de travail.

Sur le Dauphiné Libéré du lundi 27 février – Voir ci-joint

Compte rendu de Danielle Persico

13 mars 2012

Billet de Philippe SAUTER – Le présidentiable de Besançon 

 

Charrandez-vous de Juin 2012

  Suite à la conférence du 25 février 2012, un appel à souvenirs et témoignages

 

7 décembre 2012 – Almanach Drôme – Ardèche 2013 

  L’Almanach Drôme – Ardèche 2013 publie deux premiers articles sur une série de quatre (les deux autres fin 2013)

Premier partie : Les racines de la communauté. Deuxième article : Tu seras compagnon

Diffusion de l’Almanach : La Bouquinerie, 8 rue Ampère, 26000 Valence 

Fichier attaché Taille
D-2010_08_10_-_Dauphine_Libere_-_Article_Boimondau_-_Edition_Grand_Valence.jpg 1.66 Mo
D-2010_08_10_-_Dauphine_Libere_-_Article_Boimondau_-_Toutes_editions.jpg 1.33 Mo
2012_02_27_-_Valence_-_Dauphine_Libere_-_Communautes_de_travail.JPG 351.94 Ko
2012_06_-_Charrandez-vous.PDF 872.57 Ko
2012_11_-_Alamanach_2013_-_P78-80.pdf 90.91 Ko
2012_11_-_Alamanach_2013_-_P169-173.pdf 131.55 Ko