Vingt-et-un ans au maquis Barbu en 1944

Vingt-et-un ans au maquis Barbu en 1944

En 1944, quand il devient de plus en plus dangereux de s’engager dans la résistance, Marie-Antoinette Vergès n’hésite pas longtemps à rejoindre la Communauté de travail Marcel Barbu à Valence.

En quelques semaines, elle échappe à l’arrestation à Paris qui l’aurait conduit à la prison et sûrement à la déportation, puis transporte clandestinement des boîtiers de montres de Valence à Besançon et en retour, elle revient avec de l’argent en billets pour faire vivre le maquis de Combovin. 

Voir ci-joint l’histoire de son passage à la Communauté 

Fichier attaché Taille
Marie-Antoinette_Verges.pdf 1.61 Mo